Vous n'êtes actuellement pas connecté
Créer un compte Me connecter

Nos produits

Guide des huiles essentielles - Aromathérapie

Guide d'utilisation des huiles essentielles

Bien que  la discipline existe depuis l’aube de l’humanité, le terme « aromathérapie » date de 1928 et nous vient du pharmacien français R.M. Gattefossé. Elle désigne l’utilisation médicale des huiles essentielles.

Remarquable concentré de principes actifs, les huiles essentielles sont de redoutables antibactériennes, antivirales, antalgiques, anti-inflammatoires, antispasmodiques… et traitent aussi les troubles du système nerveux.

Découvrez dans ce guide d'aromathérapie ou d'introduction aux huiles essentielles, l'origine des huiles essentielles , leurs propriétés, les différentes modes d'utilisation, la posologie, les précautions à prendre, en particulier chez les bébés, les enfants et les femmes enceintes ainsi que leurs dangers.


Pour tout savoir sur les huiles essentielles, vous pourrez par la suite parfaire vos connaissances à travers différentes formations ou vous plonger dans des ouvrages de références ( "ma bible des huiles essentielles" de Danièle festy....)

 Huiles essentielles - Guide - Comment les utiliser

Huiles essentielles définition et fabrication

L’huile essentielle est un extrait aromatique et volatile, très concentré, de composition complexe, obtenu par distillation ou par expression à partir de plante.

Souvent, on n’utilise qu’une partie de la plante (la feuille chez l’Arbre à thé, les sommités fleuries chez la Lavande fine, l’écorce chez le Cannellier de Ceylan…). Différentes parties d'une même plante peuvent produire des huiles essentielles, celles-ci auront alors des propriétés et des noms différents. Par exemple :

La fleur d’Oranger amère donne l’huile essentielle de Néroli.

La feuille donne l'huile essentielle de Petit Grain Bigaradier.

Le zeste donne l'huile essentielle d’Orange.

 

Fabrication et distillation des huiles essentielles

On obtient une huile essentielle par deux procédés :

  •  La distillation : on soumet la plante à un flux de vapeur d’eau, que l’on fait condenser. L’eau, chargée en molécules aromatiques s’écoule et. Après décantation, l’huile essentielle, plus légère, surnage, et en dessous, reste l’hydrolat de la plante.

Huiles essentielles - Guide - Comment les utiliser

  •  L’expression (utilisée pour les agrumes) : on presse le zeste pour obtenir l’essence contenue à l’intérieur.

 

Qualité et prix des huiles essentielles

Le prix et la qualité d’une huile essentielle dépend de plusieurs facteurs.

  • La quantité de plante nécessaire : Pour obtenir 1 litre d’huile essentielle, il faut 7 kg de clous de girofle ou 4 tonnes de pétales de rose. 
  • La période de récolte : Il faut récolter la plante au moment où elle est le plus riche en huile essentielle : la Menthe poivrée se récolte avant floraison, mais celle de la lavande se fait pendant la floraison.
  • Le temps de distillation : Pour avoir une huile essentielle de bonne qualité, il faut respecter un temps minimum : 1 heure pour le lavandin, 4 heures pour  le clou de girofle.
  • Sans compter le mode de culture, la qualité de l’eau utilisée pour la distillation, la pression de l’alambic, etc…

 

Biochimie et propriétés des huiles essentielles

Une huile essentielle est constituée de dizaines de principes actifs. Ceux-ci sont divisés en différentes familles, ayant des propriétés et des contre-indications propres.

-          Les acides (anti-inflammatoires puissants, antalgiques)

-          Les monoterpénols (anti-infectieux)

-          Les sesquiterpénols (œstrogène-like)

-          Les aldéhydes aromatiques (anti-infectieux, mais très irritants)

-          Les aldéhydes terpéniques (anti-inflammatoires, calmants du système nerveux, mais très irritants)

-          Les cétones (mucolytiques, anti-infectieuses, mais neurotoxiques et abortives)

-          Les coumarines (sédatives du système nerveux, antispasmodique, anticoagulantes, mais photosensibilsantes)

-          Les esthers (antispasmodiques puissants, spasmolytiques, sédatifs)

-          Les éthers  (antalgiques, antispasmodiques, anti-infectieux , mais stupéfiantes et toxiques à forte dose)

-          Les lactones (mucolytiques, expectorantes, anti-infectieuses, mais neurotoxiques, abortives, allergisantes)

-          Les monoterpènes (décongestionnant, antiseptique, cortisone-like mais dermocaustiques)

-          Les oxydes (expectorants, antiviraux, immuno-modulants)

-          Les phénols (anti-infectieux puissants, mais dermocaustiques )

 

La composition change selon la partie de la plante, mais aussi du lieu de récolte, du climat, de la façon dont a été cultivée et distillée la plante.

 

Les huiles essentielles chémotypées

Pour être sûr d’utiliser une huile essentielle de bonne qualité, dite chémotypée, on doit pouvoir s’assurer de plusieurs critères (issus de l’AFSSAPS) :

  • La dénomination botanique : l’identification se fait avec le nom latin en précisant le genre, l’espèce et la sous-espèce, si besoin. Ex : Romarin, Rosmarinus officinalis.
  • La partie de la plante : Ex : Pour le Romarin, on utilise les rameaux.
  • L’origine géographique : une même plante peut donner à des huiles essentielles de composition et d’activités différentes, en fonction du climat, de l’altitude, du sol ou de l’ensoleillement. Ex : Le Romarin peut provenir du Maroc, d’Espagne, de Corse.
  • Le mode de culture : sauvage, biologique ou traditionnel.
  • Le chémotype : c’est le résumé des molécules actives et majoritaires que contient l’huile essentielle. Il permet de distinguer les huiles essentielles issues d’une même espèce et garantit l’origine, la qualité et l’activité. Ex : Le Romarin peut avoir trois chémotypes : à camphre (anti-inflammatoire), à 1,8 cinéole (expectorant) et à verbénone (hépatoprotecteur).

 

Les huiles essentielles renseignant ses critères sont dites Huiles Essentielles Botaniquement et Biochimiquement Définies ou Huiles Essentielles ChémoTypées. Ce sont les seules aptes à être utilisées à des fins médicales.

En effet une même plante, en fonction du climat, du soleil, de l'altitude et de la teneur du sol où elle pousse engendre des huiles esentielles chénoypées différentes avec des activités et des toxicités également différentes.

exemple : l'huile essentielle thymus vugaris chénotypée thuyjanol peut être utilisée sur la peau  et l'huile essentielle thymus vulgaris chémotypée thymol est toxique pour la peau.

Sur chaque flacon d'huile essentielle, vous devez systématiquement retrouver le chemotype.

 

Comment utiliser les huiles essentielles

Attention ! Les huiles essentielles sont des composés très concentrés,  dont l'utilisation doit se faire avec précaution. Chaque voie a ses contre-indications et dépend de l’indication, du patient et de l’huile essentielle.

Dans les cas des femmes enceintes et des enfants de moins de 7 ans, les huiles essentielles ne doivent pas être prises en auto-médication.

 Vous trouverez ici décrit les voies d'utilisations inhalées, diffusées, cutanées, orales, rectales  et vaginales.

 

L'inhalation des huiles essentielles

C’est une voie facile d'utilisation car les composés des huiles essentielles sont très volatiles.

( On utilise beaucoup l'inhalation des huiles essentielles pour soigner des rhumes.)

 

L’inhalation sèche des huiles essentielles

On place quelques gouttes sur un mouchoir et on respire dedans.

  • Intérêt de l'inhalation sèche des huiles essentielles : Facile à mettre en œuvre, que ce soit pour soigner le terrain ou les symptômes, très bon complément des autres voies, en particulier pour les problèmes respiratoires ou nerveux.
  • Précautions à prendre pour l'inhalation sèche des huiles essentielles  : A utiliser avec précaution chez les enfants de moins de 30 mois. Ne pas utiliser d’huiles essentielles dermocaustiques ou au parfum désagréable. Contre-indiquée en cas d’asthme.

 

L’inhalation humide des huiles essentielles

On les place dans de l’eau chaude en utilisant un inhalateur (vendu en pharmacie) ou dans un bol (en se protégeant les yeux).

  • Intérêt : Très pratique dans les infections respiratoires.
  • Précautions : A utiliser avec précaution chez les femmes enceintes (contre-indiqué les trois premiers mois de grossesse) ou allaitantes, chez les enfants de moins de 7 ans. Ne pas utiliser en cas d’insuffisance respiratoire. Ne pas cumuler avec une inhalation allopathique. Pas d’huiles essentielles dermocaustiques ou au parfum désagréable.

 

La diffusion des huiles essentielles

La diffusion passive des huiles essentielles

On utilise un galet, une soucoupe sur un radiateur, mais pas de brûle-parfum, la chaleur détruit les principes actifs.

  • Intérêt : Très pratique pour désinfecter l’atmosphère dans un périmètre restreint ou pour établir une atmosphère apaisante avec des huiles agissant sur le système nerveux. Elle peut s’utiliser à tous les âges.
  • Précautions : Ne pas utiliser d’huiles essentielles dermocaustiques ou au parfum désagréable.

 

 La diffusion atmosphérique des huiles essentielles

Les huiles essentielles sont placées dans un diffuseur à jet d’air sec ou à eau.

Diffuseur d'huiles essentielles à eau

  • Intérêt : Permet de désinfecter l’atmosphère sur des volumes plus grands, très pratique sur les pathologies nerveuses (anxiété, sommeil). Le diffuseur à eau peut s’utiliser à tous les âges et en continu (pas les diffuseurs à air sec car les huiles ne sont pas diluées).
  • Précautions : Pas d’huiles essentielles dermocaustiques ou au parfum désagréable. Pour le diffuseur à air sec, pas d’huile essentielle irritante ou seulement diluée avec une huile essentielle de zeste d’agrume.

Appliquer les huiles essentielles sur la peau

Les huiles essentielles traversent facilement la barrière de la peau et passent dans le sang, ce qui permet de soigner les problèmes autant cutanés que interne.

 

Application pure des huiles essentielles sur la peau

Dans de rares cas, certaines huiles essentielles peuvent s’utiliser pures sur une surface cutanée limitée.

  • Intérêt : Efficace pour les traitements d’urgence ou pour un problème localisé.
  • Précautions : Contre-indiquée chez les enfants de moins de 7 ans, chez la femme enceinte ou allaitante. Ne pas utiliser d’huiles essentielles dermocaustiques, irritantes et faire attention aux photosensibilisantes.

Huiles essentielles - Guide - Comment les utiliser

 

Application diluée des huiles essentielles sur la peau

Les huiles essentielles sont diluées de préférence dans une huile végétale ou une crème hydratante neutre. Elles peuvent être aussi dispersées dans l’eau d’un bain, en utilisant du gel lavant, du lait ou dans un émulsionnant adapté.

  • Intérêt : Utilisable pour toutes les pathologies et chez les enfants en respectant la dilution.
  • Précaution : A utiliser avec précaution chez la femme enceinte (contre-indiqué en dessous de 3 mois de grossesse) ou allaitante. Utiliser avec extrêmement de précautions les huiles essentielles dermocaustiques, irritantes et faire attention aux photosensibilisantes. Respecter un intervalle de 2 heures avec un traitement allopathique.

 

Avaler les huiles essentielles

Elles s’utilisent avec plus de précautions et nécessitent un avis médical.

Utilisation des huiles essentielles par la voie orale pure 

On dépose une goutte d'huile essentielle sur la langue.

  • Intérêt : Effet rapide sur certains symptômes digestifs ou respiratoires.
  • Précautions : Ne s’utilise qu’avec les essences de zestes d’agrumes ou la menthe poivrée. Contre-indiquée chez les enfants de moins de 15 ans. A utiliser avec précaution chez la femme enceinte  ou allaitante (mais la menthe poivrée est interdite). Respecter un intervalle de 2 heures avec un traitement allopathique.

 

Utilisation des huiles essentielles par la voie orale diluée 

On utilise un support (sucre, miel, mie de pain, comprimé neutre, poudre d’amande, gélules, capsules...).

  • Intérêt : Les capsules et les gélules sont très pratiques pour administrer les huiles essentielles dermocaustiques ou irritantes, car diluées et encapsulées, elles n’irritent pas les parois du système digestif. Mais elles seront contre-indiquées en cas d’insuffisance hépatique sévère.
  • Précautions : Contre-indiquée chez les enfants de moins de 7 ans et en cas d’asthme. A utiliser avec précaution chez la femme enceinte (contre-indiqué les trois premiers mois de grossesse) ou allaitante. Ne pas utiliser de menthe poivrée en cas d’ulcères ou de reflux gastro-œsophagien. Attention aux interactions avec les traitements allopathiques, respecter un intervalle de 2 heures avec un traitement allopathique autorisé.

 

Utilisation des huiles essentielles par la voie rectale 

Les huiles essentielles sont administrées sous forme de suppositoires, selon une prescription médicale.

  • Intérêt : Très intéressante chez les enfants pour les affections bronchiques.
  • Précautions : A utiliser avec précaution chez la femme enceinte (contre-indiqué les trois premiers mois de grossesse) ou allaitante.

 

Utilisation des huiles essentielles par la voie vaginale 

Les huiles essentielles sont administrées sous forme d’ovules, selon une prescription médicale.

  • Intérêt : Permet d’agir directement sur les infections vaginales.
  • Précautions : Utiliser avec précaution chez la femme enceinte (contre-indiqué les trois premiers mois de grossesse) et la femme allaitante.

 

Posologie des huiles essentielles

La posologie et le dosage des huiles essentielles dépendent du patient et de la voie d'administration.

Attention : Ce tableau ne vaut que pour les huiles essentielles adaptées à l'âge et à l'état (pathologies, grossesse, allaitement, enfants...).

 

Tableau de posologie des huiles essentielles

Voies d’administration

Adultes

Enfants de 7 à 15 ans

Enfants de 3 à 7 ans

Enfants de 3 mois à 3 ans

 

 

 

 

 

 

Respiratoire 

Diffusion passive

2 à 3 gouttes dans une soucoupe, sur un galet…

2 à 3 gouttes dans une soucoupe, sur un galet…

2 à 3 gouttes dans une soucoupe, sur un galet…

2 à 3 gouttes dans une soucoupe, sur un galet…

Diffusion atmosphérique :

Diffuseur à jet d’air sec 

Quelques gouttes, 10 minutes par heure

 

Quelques gouttes, 10 minutes par heure

 

Quelques gouttes, 10 minutes par heure

 

Quelques gouttes, 10 minutes par heure

 

Diffusion atmosphérique :

Diffuseur à eau

Quelques gouttes, possiblement en continu

Quelques gouttes, possiblement en continu

Quelques gouttes, possiblement en continu

Quelques gouttes, possiblement en continu

Inhalation sèche

2 à 3 sur un mouchoir

2 à 3 sur un mouchoir

2 à 3 sur un mouchoir

2 à 3 sur un mouchoir avec précaution (pas de contact entre la peau et le mouchoir)

Inhalation humide

3 à 6 gouttes dans l’eau chaude

1 à 2 gouttes dans l’eau chaude avec précaution (protéger les yeux, attention au risque de brûlure)

Contre-indiqué

Contre-indiqué

Cutanée

Pure

1 à 2 gouttes sur une zone restreinte

1 goutte sur une zone restreinte

Contre-indiqué

Contre-indiqué

Diluée

Dilution 5 à 30%

Dilution 3 à 5%

Dilution 1 à 2%

Dilution 0,5 à1%

 

 

Interne

Orale pure

1 goutte sur la langue

Contre-indiqué

Contre-indiqué

Contre-indiqué

Orale diluée

2 gouttes 3 fois par jour diluée dans un support

1 goutte 2 à 3 fois par jour diluée dans un support

Contre-indiqué

Contre-indiqué

Rectale

Sur prescription

Sur prescription

Sur prescription

Sur prescription

Vaginale

Sur prescription

Sur prescription

Sur prescription

Sur prescription

 

Contre-indications des huiles essentielles

Chaque huile essentielle n’est pas adaptée à tous les cas. Cela dépend de l’âge de la personne, de son état de santé (pathologies, allergiefemme enceinte, allaitement…), de l’huile elle-même, de la voie d’administration…

Renseignez-vous toujours, auprès d’un professionnel de santé, sur les contre-indications spécifiques à chaque huile essentielle.

 

Huiles essentielles - Guide - Comment les utiliser

 

 

Les dangers des huiles essentielles

Toujours utiliser des huiles essentielles pures, naturelles et chémotypées.

Toujours tester une huile essentielle avant de s’en servir : appliquez une goutte pure sur le pli du coude (sauf huiles dermocaustiques) et si une réaction apparait dans les dix minutes, ne l’utilisez pas.

Ne jamais utiliser les huiles essentielles par voie injectable ou oculaire et ne jamais appliquer de l’huile essentielle pure dans le nez, l’oreille ou la zone ano-génitale.

Ne jamais prolonger un traitement plus de 3 semaines.

En cas de prise par voie orale d’huiles essentielles contenant des phénols (Cannellier de Ceylan, Cannellier de Chine, Girofle, Origan, Sarriette des montagnes,Thym à thymol), il faut associer une huile hépatoprotectrice Citron, Romarin ABV...).

 

Les huiles essentielles photosensibilisantes

Elles concernent les essences de zestes d’agrumes (Citron, Bergamote, Orange, Mandarine…), les huiles essentielles de Khella, de Livèche et de Céleri. Leur application sur la peau est déconseillée en cas d’exposition au soleil. Elles entrainent des risques de brûlures et des taches brunes.

 

Les huiles essentielles dermocaustiques

Les huiles à phénol, aldéhyde ou cétone (Cannellier de Ceylan, Cannellier de Chine, Girofle, Origan, Sarriette des montagnes,Thym à thymol)  peuvent provoquer des irritations, voir des brûlures si elles sont utilisées sur la peau. Elles sont à éviter par voie cutanée ou alors, très diluées.

 

Huiles essentielles et grossesse

Toutes les huiles essentielles sont interdites pendant le premier trimestre de la grosses (sauf avis médical).

Durant les 2 et 3èmes trimestres, les traitements doivent être courts (maximum 5 jours) avec maximum trois gouttes par jour pour ce qui concernent les voies orales et cutanées (attention : les huiles ne doivent jamais être appliquées sur le ventre).

Huiles autorisées chez la femme enceinte aux  2ème et 3ème trimestres.

Arbre à thé (Tea-tree)

Laurier noble

Basilic

Lavande vraie

Bergamote

Lavandin super

Bois de Hô

Lentisque pistachier

Bois de rose

Mandarine

Camomille

Mandravasarotra

Cardamone

Matricaire

Ciste

Myrrhe amère

Citron

Oranger

Estragon

Palmarosa

Eucalyptus radié

Petit grain bigarade

Eucalyptus citronné

Ravintsara

Gaulthérie

Rose

Genévrier

Sassafras

Géranium rosat

Tanaisie

Gingembre

Thym à thujanol

Inule odorante

Verveine citronnée

 

Ylang-ylang

 

 

Huiles essentielles et allaitement 

Toutes les huiles permises pendant la grossesse le sont pendant l’allaitement. Toutefois, à cause de leur affinité avec les corps gras, les huiles essentielles peuvent passer dans le lait maternel. Les durées de traitements et posologies sont les mêmes que pendant la grossesse. Aucune huile ne doit être appliquée sur les seins pendant tout le temps de l’allaitement.

 

Utilisation des huiles essentielles pour bébés et enfants

Il ne faut jamais utiliser d’huiles essentielles contenant des phénols et des cétones chez les enfants de moins de 7 ans (cannellier de Ceylan, cannellier de Chine, girofle, origan, sarriette des montagnes, thym à thymol).

Il faut se renseigner auprès d’un professionnel de santé pour administrer une huile essentielle chez un enfant de moins de 7 ans.

Les huiles essentielles sont interdites en automédication avant l’âge de 3 mois.

Les voies d’administration les plus utilisées sont la voie rectale,  la voie cutanée (en massage et toujours diluée) et la voie respiratoire. La liste des huiles essentielles autorisées pendant la grossesse le sont aussi pour les enfants de moins de 7 ans.

 

Interactions entre les huiles essentielles, les traitements et les pathologies

Pathologies, traitements

Huiles essentielles contre-indiquées ou voies d’administration

Troubles de la coagulation, anticoagulants

Gaulthérie couchée, Gaulthérie odorante, Hélichryse italienne, Cannelier, Giroflier

Contre-indications à l’aspirine et aux anti-inflammatoires

Gaulthérie couchée, Gaulthérie odorante

Insuffisance hépatique sévère

Cannellier de Ceylan, Cannellier de Chine, Girofle, Origan, Sarriette des montagnes, Thym à thymol par voie orale

Insuffisance rénale sévère

Térébenthine, Genévrier, Cyprès, Pin sylvestre par voie orale

Diabète

Cannelier par voie orale

Intervention chirurgicale

Gaulthérie couchée, Gaulthérie odorante, Hélichryse italienne

Asthme allergique

Les huiles essentielles sont à éviter (ou alors bien les tester sur le pli du coude d’abord).

Pas de voie inhalée sèche et humide

Asthme non allergique

Pas de voie inhalée sèche et humide

Cancers hormonaux dépendants

Sauge officinale, Sauge sclarée, Cyprès sempervirens

Gastrites, ulcères, reflux gastro-oesophagien

Menthe poivrée

Epilepsie

 

Les huiles essentielles sont à utiliser avec précaution, mais celles-ci sont formellement contre-indiquées : Achillées, Acore, Aneth, Absinthe, Anis vert, Armoises, Aunée, Badiane, Balsamite, Basilic camphré, Buchu, Calament, Camphrier, Carvi, Cèdres, Chénopode, Curcuma, Cyprès bleu, Eucalyptus mentholé, Eucalyptus à cryptone, Fenouil, Hélichryse italienne, Hysope officinale, Lavande stoechade, Menthes, Moutarde noire, Myrique baumier, Noix muscade, Persil, Ravensare anisé, Romarin à camphre, Romarin ABV, Rue, Sabine, Santoline, Sassafras, Sauge officinale, Tagète, Tanaisie, Thuya occidental, Zédoaire

 

Les Poux

Halte à l'invasion!
En savoir plus

Thymuline et Influenzinum

L'homéopathie à votre rescousse contre la grippe!
En savoir plus

Votre Pharmacie fabrique !

En savoir plus